Un nouvel outil thérapeutique pour lutter contre le mélanome

Des équipes de chimistes et biologistes issues de l’Université Nice Sophia Antipolis, du CNRS et de l’Inserm, ont développé une molécule poussant les cellules cancéreuses au suicide sans affecter les cellules saines

Connaissez-vous le Galéga officinal ? On sait depuis le moyen-âge qu’il possède des propriétés antidiabétiques. Au début du 20ème siècle, on a isolé ses deux composants actifs : la guanidine et la galégine. Problème, l’un était toxique, et l’autre peu efficace. Il a fallu attendre les années 50 pour qu’un médecin français modifie la structure de la galégine et crée un composant peu toxique et très efficace contre le diabète : la metformine, qui est devenue un médicament indispensable pour des millions de patients à travers le monde. Il y a quelques années seulement, on s’est aperçu que la metformine était aussi efficace dans une autre indication différente du diabète : le cancer.

Problème : elle n’était efficace qu’à des doses très élevées, et surtout, elle était moins efficace que d’autres traitements déjà existants.

Les équipes de chimistes et de biologistes dirigées par les Docteurs Rachid BENHIDA, Directeur de Recherche à l’Institut de Chimie de Nice (ICN UMR 7272 CNRS Université Nice Sophia Antipolis), et Stéphane ROCCHI, Directeur de Recherche Inserm au Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire (C3M U1065 Inserm Université Nice Sophia Antipolis CHU de Nice) ; ainsi que le Dr Cyril RONCO, Maître de Conférences à l’Université Nice Sophia Antipolis, ont décidé d’inventer de nouvelles molécules dérivées de la structure de la metformine, à la fois plus efficaces et plus biodisponibles. Après avoir testé des centaines de molécules, ils ont retenu un candidat appelé « CRO15 ». Cette molécule est non seulement 1000 fois plus active que la metformine mais également plus efficace qu’une thérapie anticancéreuse de référence sur le mélanome. La molécule pousse les cellules cancéreuses au suicide en augmentant leur stress, sans affecter les cellules saines. Elle pourrait même être efficace dans d’autres cancers comme celui de la prostate et du sein. Elle agit sur 2 cibles : la voie AMPK, comme la metformine, et aussi sur une nouvelle voie identifiée et caractérisée au laboratoire. Ce qui fait de CRO15 une molécule totalement nouvelle.

Aujourd’hui, la SATT Sud-Est, qui accompagne le projet par un programme de maturation ambitieux, est en quête de partenaires industriels capables de poursuivre le développement du projet et de lancer ensuite les premiers essais cliniques chez l’Homme.

Les patients atteints de cancer disposeront alors peut-être d’un nouvel outil thérapeutique pour mieux lutter contre leur maladie.

La technologie est disponible au licensing, pour en savoir plus, contacter licensing@sattse.com