Quatre lauréats i-PhD & i-Lab font rayonner l’excellence de la recherche publique et l’attractivité de la Région Sud

Ce jeudi 8 juillet 2021 avait lieu la cérémonie de remise des Prix en présence de Barbara POMPILI, Frédérique VIDAL, Agnès PANNIER-RUNACHER, Cédric O et Guillaume BOUDY. La SATT Sud-Est soutient et félicite les projets de Pauline COTINAT et de Melpomeni DIMOPOULOU, lauréates i-PhD, et les start-ups portées par Maeva DUFIES et Ludovic ESCOUBAS, lauréats i-Lab

Vertidiag_OreilleInterne

Le Gouvernement a créé le concours d’innovation en lien avec Bpifrance et l’ADEME, dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. Il se décline autour de 3 volets complémentaires, i-PhD, i-Lab et i-Nov, et forment un continuum d’accompagnement et de financement qui stimule les liens entre la recherche et l’entrepreneuriat. Encourager et soutenir la création et le développement d’entreprises innovantes et technologiques sont les principaux objectifs. L’Etat s’engage auprès de ses lauréats via des financements ainsi qu’une communication renforcée ; et ce sont déjà plus de 3817 lauréats qui ont été récompensés. En Région Sud, les acteurs de l’écosystème de la valorisation de la recherche publique et de l’innovation sont mobilisés pour faire rayonner les talents qui changeront le monde de demain. L’édition 2021 du concours d’innovation révèle les projets VIRIDIS de Pauline COTINAT et PAIRCODE du Dr Melpomeni DIMOPOULOU, toutes deux lauréates i-PhD, ainsi que les start-ups Roca Therapeutics et 3L-OPTRONICS portées par le Dr Maeva DUFIES et le Pr Ludovic ESCOUBAS, lauréats i-Lab. Les quatre projets sont accompagnés en transfert de technologies par la SATT Sud-Est.

Projecteurs sur les deux lauréates i-Phd 2021

Dr Melpomeni DIMOPOULOU, Chercheure postdoctorante au Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis (I3S, UMR 7271 Université Côte d’Azur, CNRS, Inria)

PAIRCODE accompagné par Université Côte d’Azur, l’IDEX UCA-JEDI, le CNRS et son programme RISE, ainsi que la SATT Sud-Est

Diplômée en 2020 d’un doctorat dans le Laboratoire d’Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis « I3S » de Sophia Antipolis, sous la direction du Dr Marc ANTONINI, sur le sujet « Techniques d’encodage pour le stockage à long terme d’images numériques dans l’ADN synthétique », elle développe l’algorithme PAIRCODE pendant sa thèse. Une solution très prometteuse qui a été brevetée et qui permet l’encodage des données numériques dans un code quaternaire ADN qui est robuste aux erreurs. Cette solution, a été publiée à la conférence EUSIPCO 2019 et a reçu le prix du meilleur article étudiant. Soutenue par le CNRS, elle est lauréate en 2021 du dispositif « Jeunes Docteurs Innovants » porté par la Région Sud, elle reçoit une bourse d’un an co-financée par la SATT Sud-Est pour la construction d’un premier business plan. L’objectif est la création d’une start-up innovante pour promouvoir ce nouveau type de stockage. Sa vision ? Garantir le stockage et l’intégrité des données numériques, en utilisant des solutions abordables, durables et respectueuses de l’environnement pour un avenir plus vert. Récemment, Melpomeni DIMOPOULOU s’est illustrée lors d’un pitch à l’occasion du #TEDxCannes 2021 où elle a pu expliquer comment la biologie et l’ADN permettraient de réduire l’impact des Data Centers sur l’environnement.

Son projet ? Stocker les données numériques froides de façon durable dans de l’ADN synthétique

Le projet PAIRCODE est inspiré par ses travaux de thèse. Il vise à la création d’une start-up qui offrira des solutions innovantes et durables pour garantir l’intégrité de donnés numériques pendant un stockage à long terme tout en restant respectueuses de l’environnement. Dans ce projet, il est question de rendre économiquement possible l’alternative de l’usage de l’ADN pour l’archivage des données numériques. Il vise à construire une solution de bout en bout permettant la maîtrise des coûts par la gestion de l’intégrité des données et du respect de plusieurs restrictions imposées par la biologie.

Le projet PAIRCODE est accompagné à travers un financement du dispositif « Jeunes Docteurs Innovants » de la Région Sud, avec co-financement par la SATT Sud-Est. Il est également soutenu par le CNRS au travers du programme CNRS RISE ainsi que par l’IDEX UCA-JEDI de Université Côte d’Azur. Une maturation sera portée par la SATT Sud-Est et devrait être complétée par l’entrée en incubation d’une start-up en partenariat avec l’Incubateur PACA-Est.

Portrait de Pauline COTINAT. © 2021 Aurélie MACARRI pour Université Côte d’Azur

Pauline COTINAT, Doctorante à l’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement (IRCAN, UMR7284, U1081 Université Côte d’Azur, CNRS, Inserm) & SO.F.I.A COSMETIQUES

VIRIDIS soutenu par l’IDEX UCA-JEDI de Université Côte d’Azur, CNRS Innovation et valorisé par la SATT Sud-Est

Doctorante en deuxième année de thèse CIFRE, qu’elle effectue entre le laboratoire de recherche de l’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement « IRCAN » au sein de l’équipe « Réponse au stress, régénération et longévité » et les laboratoires de R&D de l’entreprise SO.F.I.A COSMETIQUES située à Carros (06), son projet de thèse porte sur l’étude des processus de vieillissement cellulaire des Cnidaires symbiotiques, tels que les anémones de mer.

Son projet ? Évaluer et minimiser l’impact de produits industriels sur l’écosystème marin

Le projet VIRIDIS repose sur un procédé d’analyse innovant et non invasif qui permet d’évaluer l’impact d’une matière première ou d’un produit fini sur l’environnement marin biotique, sans porter atteinte à la biodiversité marine. Ce procédé consiste en un test de cytotoxicité in vitro sur des cultures cellulaires d’organismes marins, les Cnidaires. Le test VIRIDIS fournit aux entreprises ayant une démarche éco-responsable une nouvelle solution durable et efficace pour évaluer et minimiser l’impact de leurs produits sur l’écosystème marin. Elle est accompagnée dans ce projet par ses responsables de thèse le Pr Paola FURLA et le Dr Stéphanie BARNAY-VERDIER, ainsi que par l’ingénieure d’étude spécialisée en culture cellulaire au sein de l’équipe de recherche, Clara FRICANO. La SATT Sud-Est intervient en soutien du projet au travers d’une pré-maturation d’une durée de 5 mois et a procédé au dépôt d’une enveloppe Soleau pour protéger l’invention.

Projecteurs sur les deux start-ups lauréates i-Lab 2021

Pr Ludovic ESCOUBAS, CEO de la start-up deep tech 3L-OPTRONICS, Marseille

« Low-Light Level OPTRONICS »

En texturant la surface du silicium utilisé pour la photodétection, par un procédé breveté, il devient très absorbant (99%) pour la lumière visible et proche infrarouge et permet la détection de faibles niveaux de lumière de jour comme de nuit. La start-up 3L-OPTRONICS vise ainsi à « démocratiser » la vision duale nuit et jour, en baissant les coûts, à partir d’imageurs standard en technologie CMOS silicium, pour les marchés automobile, téléphonie, militaire/sécurité, instrumentation scientifique. Le brevet est issu des travaux de recherche des Professeurs des Université Ludovic ESCOUBAS et Jean-Jacques SIMON à l’Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence (IM2NP UMR 7334, Aix-Marseille Université, CNRS, Université de Toulon) et de Gérard BERGINC (THALES LAS), ainsi que de la thèse de François ATTEIA soutenue en 2020 à Aix-Marseille Université. 3L-OPTRONICS est accompagnée depuis sa création par l’Incubateur Interuniversitaire IMPULSE. Des contrats de licence d’exploitation et de co-maturation ont été signés entre la SATT Sud-Est et la start-up 3L-OPTRONICS.

Portrait du Pr Ludovic ESCOUBAS
Logo de la start-up 3L-OPTRONICS
Portrait du Dr Maeva DUFIES GRAZIANI. © 2021 Maeva DUFIES GRAZIANI
Logo de la start-up niçoise Roca Therapeutics

Dr Maeva DUFIES GRAZIANI, Présidente de Roca Therapeutics, Nice

« Médicaments first-in-class contre les maladies oculaires favorisées par une hypervascularisation et une inflammation immunosuppressive »

Roca Therapeutics a pour objectif de développer des candidats médicaments pour améliorer significativement la prise en charge thérapeutique des patients atteints de mélanome uvéal actuellement en impasse thérapeutique. Ses candidats médicaments traiteront les métastases hépatiques actuellement mortelles et/ou les complications associées au mélanome uvéal, notamment le glaucome néovasculaire. Roca Therapeutics est accompagnée par la SATT Sud-Est, l’Incubateur PACA-Est et a également rejoint le pôle de compétitivité Eurobiomed Grand Sud.

La SATT Sud-Est a concédé une licence d’exploitation de deux brevets en copropriété Université Côte d’Azur, CNRS, Inserm, Université de Paris et Institut Curie, à la start-up Roca Therapeutics pour valoriser les travaux de recherche des équipes des docteurs Gilles PAGES de l’Institut de Recherche sur le cancer et le vieillissement de Nice, et Rachid BENHIDA de l’Institut de Chimie de Nice. Le laboratoire a bénéficié d’un financement de l’IDEX UCA-JEDI. La start-up a été créée en avril 2021 ; la SATT Sud-Est a réalisé le transfert de technologies et est entrée au capital de la jeune entreprise.

Plus d’informations

Twitter

@SATTse_ @pauline_co_ @MelpomeniD @MDufies @Bpifrance @suprecherche @ademe #iPhD #iLab @Univ_CotedAzur @univamu @Laboratoire_I3S @IM2NP_CNRS @ircaninstitute @NiceChemistry @Insermpacacorse @CNRS_DR20 @CNRS_DR12 @cnrsinnovation @ReseauSATT @SGPI_avenir

Passer de l’invention à l’innovation est un émerveillement. Et nous avons de la chance, c’est notre métier.

Découvrez comment la SATT Sud-Est accélère le transfert de technologies en fédérant les acteurs de la recherche et de l’entreprise. Du brevet à la licence d’exploitation, en passant par la preuve de concept, la SATT Sud-Est s’impose dans les Régions Sud et Corse comme un acteur incontournable de l’innovation.

Siège
Le Silo, 35 Quai du Lazaret, CS 70545
13304 Marseille Cedex 02

La SATT Sud-Est
Projet financé avec le concours de l'Union Européenne avec le Fonds Européen de Développement Régional.